Photo : Félix Raynal

Festival 2024

La 38ème édition du Festival aura lieu du 21 au 26 juillet sur le territoire dans le cadre de L'été vagabond et du 6 au 11 août à Vaour. 
Au total, cette année : 54 représentations dont 32 en accès et participation libres, des rencontres, des ateliers et des animations...

Programmation(s) liée(s)
L'été vagabond - Visuel (pour la vignette) 1

L'été vagabond

6 spectacle(s)

Programmation

Pling-Klang

Étienne Manceau & Mathieu Despoisse
4 dates entre mar 6 août et mer 7 août
Chapiteau du stade

Rococó

Cie Rampante
  • mar 6 août - 17:00
Chapiteau découverte

Crâsse

Quand les moules auront des dents
  • mar 6 août - 17:30, 22:00
  • mer 7 août - 17:30
Cour d'école

Izoï

Dancefloor instrumental
  • mar 6 août - 18:30
Scène de l'église

Sensible

Les Hommes Sensibles
  • mar 6 août - 20:30
  • mer 7 août - 20:30
Théâtre de la Commanderie

Fripon et compagnie

Cie Marceline
  • mar 6 août - 20:30
Chapiteau découverte

Mouvman Alé

Chanson soft expérimentale réunionnaise
  • mar 6 août - 23:30
Scène de l'église

Parlons-en !

Rencontre
4 dates entre mer 7 août et sam 10 août
Causse café
  • mer 7 août - 17:00
Chapiteau découverte

Cocanha

Chants polyphoniques à danser
  • mer 7 août - 18:30
Scène de l'église

Copyleft

Nicanor de Elia
  • mer 7 août - 20:30
  • jeu 8 août - 20:30
Stade
  • mer 7 août - 22:00
  • jeu 8 août - 22:00
Cour d'école

Primitive

Cie LaÖsa
  • mer 7 août - 22:00
Chapiteau découverte

Galim Atias

Rap jazz
  • mer 7 août - 23:30
Scène de l'église

Le progrès

Les Sistères de bois
  • jeu 8 août - 17:00
Chapiteau découverte

Mandarine

Rap / new-wave / jazz
  • jeu 8 août - 18:30
Scène de l'église
  • jeu 8 août - 20:30
  • ven 9 août - 20:30
Théâtre de la Commanderie

Vilain chien

La Générale Posthume
  • jeu 8 août - 22:00
Chapiteau découverte

Der Lauf

Vélocimanes Associés, Le Cirque du Bout du Monde
  • jeu 8 août - 22:00
  • ven 9 août - 22:00
Chapiteau du stade

gRONDEs

Rock / transe / électro
  • jeu 8 août - 23:30
Scène de l'église
  • ven 9 août - 17:00
Stade

Alberi Sonori

Trad italien actuel
  • ven 9 août - 18:30
Scène de l'église

Gagarine is not dead

Les Sanglés, En corps En l’air
  • ven 9 août - 20:30
  • sam 10 août - 20:30
Stade

En solitaire

Compagnie de Voyage
  • ven 9 août - 22:00
Chapiteau découverte

Mektoub

La Nour
  • ven 9 août - 22:15
  • sam 10 août - 22:15
Cour d'école

Dub Shepherds

Reggae / dub
  • ven 9 août - 23:30
Scène de l'église

Mobylette

Cie Le plus petit espace possible
  • sam 10 août - 17:00
Chapiteau découverte

Rapprochons-nous

La Mondiale générale
  • sam 10 août - 17:30, 22:00
  • dim 11 août - 17:30
Chapiteau du stade

Poplitê

Musique percussive du Nordeste brésilien
  • sam 10 août - 18:30
Scène de l'église

Margolette

Collectif Super Baobab
  • sam 10 août - 20:30
  • dim 11 août - 17:00
Théâtre de la Commanderie

Mother, Woman, Artist

Marianna De Sanctis
  • sam 10 août - 22:00
Chapiteau découverte

Zar Electrik

Transe african electro
  • sam 10 août - 23:30
Scène de l'église

Papanosh

Tu danses tu ?
  • dim 11 août - 18:30, 22:00
Scène de l'église

Fête de clôture

Banquet, bal...
  • dim 11 août - 18:30
Place de l'église

PepperMINT

Danse hip-hop
  • dim 11 août - 21:30
Scène de l'église

Sans oublier de nombreux ateliers et animations ! À VOIR ICI

 

Édito

Visuel 2024

Tout le monde ne le sait pas, mais l’histoire de L’été de Vaour commence bien avant 1986... dès les années 70, une bande de copains rachète la ferme du Muret, en plein centre du village de Vaour, pour y faire du fromage de chèvre. Arrivés du Nord, ils vont petit à petit s’intégrer à la vie du village, au monde paysan, et travailler dans un esprit de communauté joyeuse, active et inclusive.
Et puis, il y a les copains de passage, les amis d’ailleurs, qui ramènent dans ce petit village du Tarn, le temps des vacances, un brin de folie, un bout de spectacle, et des rires plein les valises. Ça donnera une envie plus grande, celle de partager dans les conditions d’un théâtre professionnel des spectacles dans ce tout petit coin de ruralité et fabriquer ainsi un temps suspendu de rencontre au coeur de ce territoire.
Encore aujourd’hui il nous arrive de croiser des gens qui nous parlent de cet étrange énergumène de programmateur qui se baladait avec des fromages de chèvre plein son coffre. Entre deux spectacles, aux quatre coins de la France, il les vendait pour remettre de l’essence dans la voiture et rentrer à la maison. Sacré engagement !
De l’engagement, il en aura fallu pour réussir à implanter un tel festival dans un si petit village, et garder une si grande qualité de spectacles au fil des années. De l’amour, aussi, pour réussir à embarquer tout le monde dans leur sillage, et faire de cet évènement une si belle dynamique participative locale.
Alors, la chèvre comme emblème de festival, oui, c’est une fierté car c’est notre histoire ! Et l’ancienne chèvrerie au centre du festival, une évidence !
Aujourd’hui, L’été de Vaour est devenu un magnifique troupeau, qui ne cesse de s’agrandir. Et même si certains, depuis, sont allés pâturer ailleurs, ils reviennent souvent voir si l’herbe est toujours aussi verte à Vaour. Devant le coucher de soleil à la Commanderie, ou en cherchant le nez rouge sur l’église, je les vois aussi penser à tous ceux qui ont quitté le troupeau pour toujours... de l’émotion, il n’y en a pas que dans les spectacles ici.
La force du troupeau, c’est aussi que L’été de Vaour n’a du coup jamais été l’histoire d’une seule personne. Depuis le début, c’est une assemblée de petites gens qui font ensemble de grandes choses, c’est une aventure collective faite de petites mains, de services rendus, de chantiers à plusieurs, d’idées partagées... et bien sûr, de fromages de chèvre !
Pour ce travail au long cours, pour cette proximité avec les habitants du territoire, pour la qualité artistique des projets menés toute l’année et bien au-delà de Vaour, l’association L’été de Vaour a reçu l’appellation Scène conventionnée d’intérêt national « Art en territoire », une autre fierté qui incite à aller de l’avant !

Bêêêê festival à toustes !

 

 
Illustration : Marine Giacomi - Graphisme : Émile Ricard